aquinus

Traitement de la douleur à l’hôpital

In Uncategorized on 29 juillet 2014 at 11:49

image

La semaine dernière un de mes très jeunes enfants a fait un court séjour à l’hôpital pour une infection qui était d’origine inconnue. Afin de trouver la cause, il a eu a subir plusieurs examens : radios, échographie et prises de sang.
L’accompagnement par l’équipe médicale fut admirable : professionnalisme à la fois dans la technique médical, dans l’accompagnement des parents et dans la relation avec l’enfant.

Un point m’a particulièrement marqué : pour chaque prise de sang ils ont mis en place un solution pour réduire la douleur et la crainte de la piqûre : une fois le gaz hilarant, une autre fois de la crème cicatrisante appliquée une heure à l’avance… Résultat, mon fils n’a rien senti des piqûres et a même beaucoup apprécié sa perfusion qu’il ne voulait pas quitter.

Mon épouse, appréciant le geste, leur dit que c’est exceptionnel, que pour nos autres enfants, dans d’autres lieux, les infirmières faisaient directement la piqûre sans préparation ni psychologique ni physique. La réponse fut instantanée : « Mais ce sont des barbares ! Cela fait plus de 10 ans que l’on sait aussi bien soulager la peur et la douleur de la piqûre. »

Mais ce sont des barbares ! Cela fait plus de 10 ans que l’on sait aussi bien soulager la peur et la douleur de la piqûre

Comment se fait-il, que sur un acte aussi basique, il existe une telle différence de traitement entre deux lieux médicaux ? Je n’ose imaginer l’écart qu’il peut exister dans le traitement de la douleur et l’accompagnement pour les maladies lourdes. Le problème de la douleur en France, n’est pas dans la possibilité d’en finir, mais d’être également traité, quelque soit le lieu, l’équipe, avec les méthodes les plus en pointes (cela ne veut pas dire les plus onéreuses, cela veut dire les plus adaptées de toutes les techniques existantes). Cela nécessite une véritable veille de la part des équipes, y compris sur les sujets les plus bénins.

L’écologie, humaine par nature ?

In Ecologie Humaine on 17 avril 2013 at 13:48

Une tribune a été publiée sur le site de la Vie par Etienne Borocco (membre de la Conférence catholique des baptisé-e-s francophone et de l’Union des démocrates indépendants) et François Mandil (membre d’Europe Ecologie-Les Verts et collaborateur du blog « A la table des chrétiens de gauche »)

Vous trouverez ci-dessous la réponse que j’ai postée sur le site de la Vie.

Bonjour MM. Borocco et Mandil.

Je suis très étonné de votre article qui cumule erreurs, procès d’intention et mensonges. C’est une méthode que je ne trouve pas très constructive. Je pense que vous avez fait une lecture de travers de la tribune et que vous ignorez sciemment les engagements des différents signataires. De plus là où le courant (et non pas collectif) d’écologie humaine ouvre la porte à un dialogue, à une construction, vous claquez la porte en disant : circulez il n’y a rien à voir. Je vais essayer de répondre à chaque point en me basant sur ce que je connais des initiateurs, leur tribune, le site www.ecologiehumaine.eu et ce qui fait écho en moi dans le terme d’écologie humaine.

Vous accuser la tribune de ne pas être une véritable conversion. En un sens vous avez raison, il ne s’agit pas de conversion, car les porteurs de ce projet sont dans la continuité directe de l’ensemble de leurs engagements et de leurs vies personnelles.  Pour d’autres, moi par exemple, il s’agit peut être plus d’une conversion. Mais cela est de la faute directe d’EELV. En effet le manque de cohérence d’un parti comme EELV m’a toujours tenu à distance de l’écologie engagée (en revanche dans ma vie personnelle et familiale, je me considère comme véritablement écologique ou en tous cas je cherche à l’être). Et de voir des personnes de confiance, cohérentes de bout en bout sur l’ensemble des sujets de l’écologie, me « convertit » à une écologie plus engagée.

Vous comparez la relation d’écologie humaine / écologie à celle de socialisme à visage  humain / socialisme de l’URSS. C’est un lapsus intéressant de vous voir vous comparer, vous placer dans la continuité du socialisme soviétique, régime très démocratique et respectueux de l’homme. L’ensemble de votre tribune me semble effectivement digne de ce régime.

Vous construisez de toute pièce une soi-disant opposition de l’écologie humaine à l’écologie environnementale. Or il n’en est rien. Par exemple, pour moi le scoutisme fut une véritable école de l’écologie humaine : développant le sens du réel, du concret dans une vie en communauté et en s’émerveillant chaque jour de la nature donnée par le créateur. Ainsi la relation de l’homme à son environnement, la place qu’il laisse à la nature pour s’émerveiller et contempler, à la suite d’un saint François par exemple, est, à mon sens, complètement intégrée à l’écologie humaine.  C’est d’ailleurs clairement explicité dans le dernier paragraphe de la tribune de la Croix.

Vous cumulez les accusions d’homophobie. Je passe dessus, je pense que les leaders de la manif pour tous en général et Tugdual Derville en particulier se sont largement exprimés sur le sujet (je vous invite à réécouter l’émission sur France culture). En revanche un point m’interpelle tout particulièrement : la PMA. D’abord vous sous-entendez que vous y êtes favorable, ce que je ne peux pas comprendre : c’est un contresens total avec vos engagements contre la manipulation du vivant (OGM, traitement des animaux,…) Ensuite vous sous-entendez que les initiateurs de l’écologie humaine soutiennent la PMA pour les couples homme/femme. C’est méconnaitre l’action d’un Tugdual Derville au sein d’Alliance VITA : un contresens disqualifiant tout votre discours.

Vous tronquez les citations en écrivant « Les partisans de cette « écologie humaine » affirment que « les politiques environnementales en viennent à protéger la nature au détriment de l’homme » ». Or le paragraphe commence par « Dès lors que l’homme n’est qu’un matériau ». Avouez que cela change singulièrement le sens de votre citation. Je pense que dans un souci de vérité et de volonté de faire avancer l’écologie, vous suivrez de près le développement de l’écologie humaine : je n’ai aucun doute sur le fait que la question de la vie en communauté,  la réduction de l’individualisme sera au cœur de l’écologie humaine. En tous cas, c’est ce que j’inclus dans le sujet et ce que je lis dans la tribune et ce que j’ai vécu dans le scoutisme, ce que je vie aujourd’hui dans ma famille et dans mon engagement dans la vie de ma résidence (j’aime bien l’exemple de la perceuse, car la mienne a été utilisée par beaucoup de monde et j’utilise les outils de mes amis).

Je suis en total désaccord avec ce que vous dites la méthode pour remettre l’homme au centre. Vous écrivez « Remettre l’humain au centre, ça n’est pas décider ce qui est dans la nature de l’homme ou non, mais permettre à chacun de trouver sa place ». Or pour reprendre je ne sais plus qui « Pour réussir à s’ouvrir aux autres, il faut tout d’abord prendre conscience de sa propre identité ».  Pour connaitre notre place dans la nature, dans le monde, il est indispensable de savoir qui est l’homme, quelle est sa nature.  C’est une des questions fondamentale à laquelle l’écologie politique n’a pas su répondre, ou a mal répondu.

En synthèse je réponds à votre dernier paragraphe dans lequel vous écrivez « L’écologie porte un vrai projet pour l’Humanité ». Oui c’est vrai, mais pas l’écologie telle que vous semblez la défendre, pas votre tribune. Votre tribune ne construit rien. Au contraire, elle est la preuve de la dérive de l’écologisme politique d’aujourd’hui. C’est pourquoi aujourd’hui il est indispensable de rajouter ce qualificatif et de parler d’écologie humaine. Mais peut être que tout n’est pas perdu, car vous finissez par une citation du pape François à laquelle je ne peux que souscrire. Et peut être qu’en repartant de là nous arriverons à trouver un terrain d’entente, pour construire ensemble.

Cordialement,

aquinus

La guerre des images

In Mariage et adoption on 19 décembre 2012 at 20:16

Les pro-mariage gay/pour tous/pour personnes de même sexe, ont eu leur photo. Il s’agissait de deux jeunes filles s’embrassant devant les mines effarées de participantes à un happening contre le mariage pour tous. Le ressort du buzz ? deux jolies jeunes filles / des vieilles choquées / de jolies couleurs (1)

Les anti-mariage semblent avoir gagné leur photo dans la manif de dimanche : un enfant d’une dizaine d’année qui porte une pancarte « bite dans le cul ou pas, on veut l’égalité des droits ». Derrière cet enfant des adultes hilares. Le ressort du buzz ? un enfant dans une manif / une pancarte trash pas du tout appropriée à son âge / des adultes aux rires gras

1.1 - Enfant - original

Enfant dans le cortège parisien du 16/12/2012 en faveur du mariage pour tous

Cependant cette photo a rapidement fait polémique. Ceci pour trois raisons :

  1. La photo fait le tour du web avec le visage de l’enfant non flouté : cela ne respecte pas l’enfant.
  2. Certains militants du mariage pour tous prétendent qu’il s’agit d’un fake « grossier ». Or il n’en n’est rien.
  3. Certains accusent les adultes présents de pédophilie. C’est idiot.

Voici une analyse de la polémique

  • Photo d’un enfant visage découvert : Cela ne respecte pas la vie privée de l’enfant
    • VRAI. Dans la précipitation de twitter et des RT la photo a circulé tel que lancée par un étudiant (et correspondant à rue 89, entre autre) https://twitter.com/MatthieuGB (il a dit avoir trouvé la photo sur facebook, mais a apparemment effacé le tweet dans lequel il en parle). Effectivement les twittos auraient du prendre le temps de flouter le visage
  • Certains prétendent que la photo est un fake
    • La pancarte en tant que telle n’existe pas sur le site des panthères :
      • VRAI.  Sur le site plusieurs affiches sont proposées dont :
        • Assez de blabla, égalité des droits
        • Bite dans le cul ou pas, on veut les mêmes droits
      • FAUX pour prouver le fakeLe slogan existe
        • Le slogan de cette pancarte est repris plusieurs fois sur les sites des panthères (ex : ici )
        • On retrouve la même pancarte sur plusieurs photos ici et ici
      • Cela voudrait dire que quelqu’un a fait au moins 3 fakes différents de bonne qualité
      • De plus rien n’exclut qu’un manifestant a voulu faire sa propre pancarte plus percutante sur une base existante
    •  Les jaunes sont différents entre le haut et le bas de l’affiche + on voit un collage :
      • VRAI on peut le voir sur la photo
      • FAUX pour prouver le fake :  on retrouve le même problème des jaunes sur d’autres photos d’autres affiches de la manif  : cela doit être du à une impression sur 2 A3 collés sur un panneau

        autre affiche

        Manifestant pour le mariage pour tous, à Paris, le 16/12/2012

    •  La luminosité et le grain ne seraient pas les bons
      • VRAI / FAUX Je ne sais pas, je ne vois rien de bizarre dans la photo. Faudrait demander à un spécialiste de confiance
    • Des analyses des contrastes démontrent le fake (en effet les différences de contraste peuvent montrer une différence de compression, donc un montage. Explications ici)
      • FAUX : la qualité de la photo qui circule sur twitter ne permet pas, seule, de démontrer le fake. J’ai donc comparé avec d’autres photos de la même manif : on ne voit pas de différence dans les couleurs
      • Vous trouverez les analyses ici, ici et
      • D’autres analyses sont possibles avec photoshop (mais je n’ai pas cet outil). L’analyse faite par un twitto n’est pas concluante. Le twittos n’a pas su analyser les résultats…

        L'analyse via photoshop des différentes couches de couleur

        L’analyse via photoshop des différentes couches de couleur

  • Certains ont sur-interprétés la photo en accusant les parents / manifestants de « pédophilie »
    • C’est idiot : C’est une interprétation aussi bête que de laisser une telle pancarte entre les mains d’un enfant. Ne mettons pas de mauvaise intention là où ne s’agit que de bêtise.

En guise de conclusion

  • Oui cette photo n’est pas modifiée
  • Oui cette photo est un scandale, car le slogan est grossier et pas du tout adapté à l’enfant qui le porte
  • Non ce n’est pas de la pédophilie

(1) cf mon article précédent